Sophie Le Bois

Sophie Le Bois

Yin Yoga

Cours en collectif et individuel au studio de Yoga

Collectif :

Cours d’essai : 5€
Cours à l'unité : 17 €

Individuel :

Cours individuels : 70€

Cartes :

(Valable 6 mois)
Carte de 5 séances : 80 €
Carte de 10 séances : 140 €
Carte de 20 séances : 200 €

Les grands principes du Yin Yoga

1. Relâcher les muscles

En pratiquant le relâchement de façon volontaire et progressif de nos muscles c’est permettre à notre tissu conjonctif d’avoir une action au niveau articulaire et d’être conscient de nos propres tensions inconscientes ou présentes.
Il s’agit de mettre son corps en mode réceptif (Yin) contrairement à la contraction musculaire qui elle est active (yang).

2. Une intensité juste : ni trop, ni trop peu !

L’intérêt est de trouver l’ouverture juste et suffisante pour permettre de ressentir un étirement de notre corps nous permettant de conserver la posture sur un temps donné sans atteindre le seuil de la douleur.
Si on prend une pose avec une ouverture facile, il ne va pas se passer grand chose. Tandis que si à l’inverse l’intensité est maximale, le corps va se contracter pour résister à cet étirement intense, ce qui empêchera de maintenir la posture longtemps.
Il est important d’être dans le ressenti de son corps pour pouvoir identifier toutes les sensations qui sortent de l’inconfort comme la douleur, les sensations aiguës de brûlure ou électriques qui vont signaler que la pose est contre-indiquée ou va demander un réajustement.

3. Rester dans l’immobilité

C’est être totalement Yin, c’est à dire réceptif. Accepter l’inertie et s’installer dans l’immobilité du corps. Observer ce qui se passe dans son corps en l’explorant par la respiration et la présence consciente à soi.

La respiration consciente va nous permettre de nous déplacer mentalement dans tous les espaces de notre corps, de prendre conscience de nos crispations physiques et mentales et ainsi de pouvoir les relâcher sur une longue expiration, avec l’intention de transférer tout le poids du corps vers la terre.

Le corps va pouvoir s’installer dans l’immobilité une fois que la respiration sera calme. Lorsque le corps et la respiration sont calmes, le mental s’apaise. Cet état ne peut être atteint que par une volonté à rester immobile quoi qu’il advienne.
Cependant, il est indispensable de déroger à cette règle pour deux raisons :
– lorsque l’inconfort se transforme en douleur,
– lorsque le corps s’ouvre et permet de réajuster la pose afin d’aller plus loin dans un étirement adapté.

4. Tenir les poses longtemps

Il est nécessaire de maintenir les poses sur un temps minimum de 3 minutes car les tissus conjonctifs ont besoin de temps pour s’étirer. Pour être stimulés correctement on doit pratiquer une pression douce, constante et longue.

Les précautions et recommandations

Comme dans toute pratique de yoga, il est important d’être à l’écoute de soi et de ses propres ressentis.

Il est important de respecter les 4 grands principes du Yin Yoga surtout celle de l’intensité appropriée. Il est impératif de toujours débuter par la variante la plus facile et non l’inverse, puis en fonction de son ressenti physique et émotionnel, de modifier les supports pour aller plus bas ou prendre une variante plus intense si le corps le permet.

Une pratique équilibrée du Yoga va inclure à la fois la stimulation physique, respiratoire et mentale qui encouragent la préservation, la circulation et l’augmentation de l’énergie vitale.

Dans le Yin Yoga, on invite à être dans une pratique de pleine conscience c’est à dire être présent et attentif à ce qui se passe dans l’instant présent, en observant avec bienveillance :

  • les sensations sans bouger,
  • les pensées sans les développer,
  • les émotions sans vouloir les modifier.
woman, yoga, pose-1854265.jpg

Ce qui sépare l’inconfort de la douleur est propre à chaque individu et peut varier avec la régularité de la pratique. Elle demande que l’on s’interroge sur son origine.

Si elle est physique, il serait nécessaire de savoir ce qui cause la douleur afin d’adapter la posture en conséquence. Peut-être un étirement trop intense, une douleur électrique ou bien une douleur croissante…
Si elle est émotionnelle, les poses de Yin Yoga, parce qu’elles sont tenues longtemps, peuvent créer un relâchement émotionnel. Dans ce cas s’interroger sur le sens et l’origine de ce bouleversement émotionnel dans un environnement bienveillant.

Oui avec l’accord de son médecin, il est préférable d’attendre le 4ème mois pour s’y mettre.

La pratique du Yin Yoga étant très centrée sur le bassin et le bas du dos, va faciliter le travail au moment de la naissance.

Il sera nécessaire d’ajuster le temps et le choix des poses car durant la grossesse, la flexibilité est accrue par la production de l’hormone de la relaxine (qui facilite l’accouchement).
Il n’est donc pas souhaitable de rester longtemps dans les poses, au risque d’hyper-étirer les ligaments. Une fois un ligament étiré, il ne revient pas à son amplitude originelle et cela crée par la suite de l’instabilité au niveau articulaire.

Non, la pratique du Yin Yoga n’est pas une pratique restorative c’est-à-dire réparatrice. Si les tissus sont lésés il faut attendre un rétablissement complet avant de reprendre une pratique Yin.

En effet un tissu conjonctif blessé a besoin de repos et d’immobilité, il se répare lentement.

Après cicatrisation complète et accord du médecin au préalable, on peut pratiquer des étirements au sol légers qui encouragent une ouverture externe de la hanche. Les mouvements vers l’intérieur sont à éviter.

Oui en cas de :

  • déchirement de ligaments,
  • déchirement du cartilage,
  • arthrose,
  • prothèse de genou.

On va conseiller de diminuer l’étirement ou de bloquer l’articulation par un bloc pour maîtriser l’ouverture (c’est un travail restauratif où l’articulation est en légère ouverture passive, retenue).

En travaillant l’ouverture des hanches, cela va permettre de réduire le stress sur les genoux et de ressentir plus de facilité.
Si l’étirement est trop intense, on peut placer une couverture roulée sous les genoux ou une brique.

Les poses d’ouverture de hanche vont venir stimuler le tissu conjonctif des genoux donc de les nourrir.

Lors de lumbago, sciatique ou hernie discale on évitera les torsions et les flexions avant profondes et on utilisera un bolster ou une chaise pour freiner la flexion et ne pas arrondir le dos. On gardera le dos dans une position neutre ou en légère flexion bien contrôlée.

LE JUSTE EFFORT

C’est l’art d’observer et de ressentir le flot naturel des choses de la vie afin d’accomplir nos actions, non pas dans la force, ni en gaspillant notre énergie mais en employant l’énergie suffisante pour faire ce que nous devons faire dans la vie.

En Occident, on va plutôt parler de « lâcher-prise ». C’est exactement ce que nous voulons rechercher dans le Yin Yoga. Nous choisissons de ne pas agir et de ne pas forcer. On va plutôt observer et laisser faire pour que puisse émerger et se manifester l’essence de notre nature.

Retour haut de page